Classical Music Home

Welcome to Naxos Records

Email Password  
Not a subscriber yet?  
Keyword Search
 in   
 Classical Music Home > Naxos Album Reviews

Album Reviews



 
See latest reviews of other albums...

Florent Coudeyrat
ConcertoNet.com, January 2016

Trop tôt disparu à seulement 34 ans dans des circonstances peu claires, Toivo Kuula (1883–1918) reste connu, avec Leevi Madetoja, comme l’un des élèves les plus brillants de Sibelius. Très influencé par son illustre aîné, Kuula cultive la petite forme en des perles finement ciselées qui rappellent aussi parfois Grieg dans l’inspiration populaire. A l’instar de ses compatriotes, ce sont les légendes du Kalevala qui ont servi d’inspiration au jeune compositeur tout au long de sa brève carrière, tout comme les mélodies traditionnelles récoltées précieusement lors de ses voyages. Avec Madetoja et son opéra Les Ostrobotniens (1923), les deux Suites d’Ostrobotnie du Sud réunies ici évoquent une région située au bord du golfe de Botnie, longue côte de terre longtemps convoitée par le rival suédois. C’est sans doute ce qui explique cette volonté d’ancrer ce territoire dans l’imaginaire légendaire finlandais, au moyen de ces petits joyaux essentiellement dansants dans la Première Suite (1906–1909), plus descriptifs et lyriques dans la Seconde (1912–1913). Tour à tour évocateur et délicat, Kuula ne quitte jamais les rives d’une musique plaisante mais sans enjeux, apportant son sens de l’élégance et de la transparence, mais sans le souffle épique d’un Madetoja. Leif Segerstam, à la tête du Philharmonique de Turku, est dans son élément ici, toujours souple et aérien, se délectant des détails de l’orchestration et des états d’âmes de ce compositeur talentueux. On écoutera en priorité la «Danse du diable», à la rythmique irrésistible et mélodiquement inspirée (Sibelius et sa suite Karelia ne sont pas loin) et la Seconde Suite, plus ambitieuse (Ondine ODE 12702). © 2016 ConcertoNet.com





Naxos Records, a member of the Naxos Music Group