Classical Music Home

Welcome to Naxos Records

Email Password  
Not a subscriber yet?  
Keyword Search
 in   
 Classical Music Home > Naxos Album Reviews

Album Reviews



 
See latest reviews of other albums...

Ayrton Desimpelaere
Crescendo (France), March 2017

Manfred Honeck nous revient avec un disque tout en fraîcheur à l’occasion du printemps à Vienne. Une tradition de plus de 40 ans qui se perpétue ici avec tout la délicatesse que l’on connaît des musiciens viennois dirigés avec franchise et assurance. Se côtoient ainsi et très naturellement quelques grandes pages, à l’instar de l’Ouverture tirée de Dichter und Bauer de Franz von Suppé ou encore le troisième mouvement, Allegro, de la Symphonie n°6 de Beethoven. Tout se révèle ici de la recherche de couleurs et de sonorités qu’allie Honeck à une direction sensible et volontiers virevoltante. Un voyage qui permet également de (re)découvrir quelques pages moins « populaires » telle la Valse op. 518 de Carl Michael Ziehrer où la joie environnante semble à chaque instant se détendre dans un flot de notes particulièrement élégant. Un voyage donc en musique et nature qui se poursuit avec trois danses tirées de l’op. 25 de Max Schönherr où rythmes et thèmes populaires s’enchaînent avec finesse, notamment lors d’un galop virevoltant. A aucun moment la baguette de Honeck alourdit le matériau, préférant au contraire s’aventurer avec légèreté dans un répertoire qui ne peut souffrir de lourdeur et de redites. Soulignons évidemment l’expertise d’un orchestre pour qui ces pages n’ont plus aucun mystère et qui se délecte indubitablement à cette occasion. Balance idéale, maîtrise des dynamiques, coloration de chaque thème, accompagnement soigné et léger, bref une invitation qui nous mène dans les contrées viennoises avec sourire et charme. Après une Polka d’Eduard Strauss particulièrement bien menée (Wien über alles), on regrette que cette heure de musique, qui ne manque ni de clairvoyance ni de lucidité, ait une fin. Un régal pour les oreilles. © 2017 Crescendo (France)



Simon Corley
ConcertoNet.com, February 2017

Egalement en public au Musikverein, mais quelques mois plus tôt (26 et 27 mars 2016), l’Orchestre symphonique de Vienne, dont Philippe Jordan est le directeur musical depuis 2014, donne un programme 100% viennois. Si l’on y trouve cette année une pièce en commun (la valse Hereinspaziert! de Ziehrer), l’essentiel sort du cadre éprouvé du concert du Nouvel An pour des propositions plus originales: Ouverture de Poète et Paysan de Suppé, Promenade au Prater en 1880 et trois des Danses d’Autriche de Max Schönherr (1903–1984), la valse Jeunes viennoises de Ziehrer (où les musiciens sifflotent le thème principal) et même trois extraits du rare ballet Crème fouettée de (Richard) Strauss ainsi que la «Joyeuse assemblée de paysans» (troisième mouvement) de la Pastorale de Beethoven. Et quand la famille Strauss fait enfin son apparition, en conclusion, ce n’est ni Johann, ni Josef, mais le cadet, Eduard, avec sa polka rapide Vienne par-dessus tout. Manfred Honeck dirige avec enthousiasme et conviction des musiciens qui, visiblement, prennent plaisir à ce moment parfois pittoresque mais souvent attachant, même si le chef autrichien a parfois tendance à forcer un peu le trait (Wiener Symphoniker WS 011). © 2017 ConcertoNet.com



Jean-Luc Caron
ResMusica.com, February 2017

Plébiscitée dans le monde entier, la musique populaire reliée au printemps viennois, fredonnée par les Wiener Symphoniker, nous enchante une nouvelle fois.

Qui mieux que l’Orchestre symphonique de Vienne, icône planétaire de l’art de vivre à l’autrichienne, et son chef et compatriote Manfred Honeck, pouvaient nous offrir cette sympathique excursion à Vienne, sa campagne alentour, ses nombreux estaminets et la joie de vivre de ses habitants ?

Nature et musique, voilà un thème cher aux acteurs de cet enregistrement qui nous guide au plus près de cette mentalité si sensible à la succession des saisons et en particulier à la fête populaire qu’entraîne l’apparition tant attendue du printemps. Inspiré par ce fil conducteur emblématique, ce travail nous délecte de ses belles sonorités, ses langueurs et son invitation à la danse. L’Autrichien Franz von Suppé, fécond compositeur d’opérettes célèbres de son vivant, ne survit que par quelques ouvertures très réussies dont ce Poète et paysan (1846) charmeur. Une célébration du printemps se devait de rendre hommage à Beethoven avec sa Symphonie n° 6 « Pastorale », entendue en création à Vienne en 1808, dont on nous propose l’inoubliable troisième mouvement « Réunion joyeuse de paysans ». Les œuvres des Autrichiens Ziehrer, Schönherr et Eduard Strauss (frère de Johann II) représentent la quintessence de l’âme viennoise avec des partitions impérissables dont les mélodies gracieuses appartiennent au meilleur de cet héritage. Quant au Bavarois Richard Strauss, il ne manque pas d’aisance et de charme dans les trois extraits de sa musique de ballet Schlagobers (Crème fouettée) qu’il dirigea pour la première fois dans la capitale autrichienne en 1924.

L’orchestre tour à tour virevolte, s’élance, tournoie et marque le pas, il se montre tour à tour séducteur et songeur, souriant et solennel, sans jamais se départir de l’élégance et du sourire qui accompagnent ces musiques insouciantes inspirées par le printemps.

Une invitation sympathique qui sonne comme une démonstration positive à museler, au moins momentanément, la laideur du monde. © 2017 ResMusica.com





Naxos Records, a member of the Naxos Music Group